La belle-maman que je n'ai pas eue

Je n’ai jamais rêvé d’être maman solo, clairement ça ne donne pas envie de base. Je ne pensais jamais faire appel à une association un jour. Il y a quelques années je travaillais au Parlement européen, puis j’ai travaillé pour la Commission, tout allait bien pour moi. T’as l’impression que ça n’arrive qu’aux autres, à des personnes dans la précarité, mais en fait non. J’ai tout perdu en une semaine, mon emploi, mon mec, ma famille. Tout s’est enchainé.

 

J’ai découvert que j’étais enceinte de 3 semaines alors que ce n’était pas prévu. Pas de bol, je venais de perdre mon emploi deux semaine plus tôt. Mon compagnon ne voulait pas de l’enfant et m’a fait savoir rapidement qu’il ne me soutiendrait pas. Ma famille qui est très conservatrice et catholique n’a pas accepté cet enfant hors-mariage. Moi, comme toutes les femmes, je rêvais de tomber enceinte avec l’amour de ma vie, mais je ne l’ai jamais rencontré. J’ai vu ça comme une chance de l’univers. Je me sens sereine de ne pas avoir pris une décision contre mon gré.

T’as l’impression que ça n’arrive qu’aux autres, à des personnes dans la précarité, mais en fait non. J’ai tout perdu en une semaine, mon emploi, mon mec, ma famille. Tout s’est enchainé.

La rencontre avec le Petit vélo jaune

J’ai fait une formation chez Actiris et c'est mon coach qui m’a donné la brochure du Petit vélo jaune. Quand je l’ai lu, ça m’a complètement parlé, donc j’ai pris contact. C’est comme ça que j'ai rencontré Marie, ma coéquipière. Elle a 20 ans de plus que moi et 3 enfants, donc elle a de l’expérience, ce que je trouvais rassurant. Elle m’a suivie quand j’étais à 7 mois de grossesse.

 

Les débuts

L’accouchement s’est bien déroulé, par contre le post partum était hardcore, on ne m’avait pas prévenu que c’était à ce point-là. J’étais complètement seule. On m’a ramenée avec un petit bébé alors que j’étais épuisée, il fallait que je me fasse à manger, que je donne à manger au petit, il fallait survivre alors que je n’avais pas encore récupéré. Il pleurait toutes les 30 minutes, je ne savais même pas m’occuper d’un gosse parce que je ne m’y étais jamais intéressée.

 

Marie venait chaque semaine, il y a un rythme qui s’est installé. Lorsque mon petit est né, il avait des coliques. Marie m’a montré des trucs pour le calmer. Il hurlait donc j’ai pris peur, je me suis dit que si c’était comme ça je n’allais pas tenir le coup. Marie était là, elle m’a rassuré, elle m’a dit de prendre patience, de ne pas m’inquiéter. Elle était là pour me guider. Ça me faisait aussi plaisir de voir quelqu’un avec qui je m’entend bien, qui ne me jugeait pas.

Le premier confinement

Seulement 6 semaines après mon accouchement, on est entré en confinement. Je n’ai rien compris. J’ai pris peur comme tout le monde. Je venais à peine de donner la vie à un petit être humain et on se retrouve dans un truc inconnu. Donc c’était une grosse claque de nouveau, et là plus d’amis, plus personne. Heureusement, il y avait Marie qui a continué de venir et qui prenait des nouvelles. A l’époque si elle ne venait pas, c’était assez dramatique pour moi.

Elle était là pour me guider. Ça me faisait aussi plaisir de voir quelqu’un avec qui je m’entend bien, qui ne me jugeait pas.

Un lien qui se tisse

On s’est lié d’amitié, on a commencé à s’ouvrir. Au début c’est vrai qu’on ne parlait que de mon bébé et moi. Puis quand je suis allée mieux, on a pu parler d’elle, et réellement échanger. Le petit l’aime beaucoup, dès qu’il la voit il sourit, il joue avec elle. Ça me fait plaisir qu’il ait put avoir un contact avec une autre personne que moi durant la période de confinement.

Le deuxième confinement s'est mieux déroulé. Marie a continué à venir, on a fait des balades. Le soutien est toujours là. C’est agréable d’avoir quelqu’un à qui parler de l’évolution de mon fils. Maintenant il commence à communiquer aussi donc c’est différent.

 

Être maman solo

Je ne regrette pas mon choix mais ce n’est pas facile d’être maman. Il y a le regard des autres, j’ai reçu beaucoup de critiques. Mon enfant me donne de la force, même si je suis crevée. C’est contradictoire car il m’épuise et en même temps il est la source d’une grande joie.

Marie a été là presque chaque semaine pendant un an. Elle m’a beaucoup soutenue, elle m’a beaucoup guidée aussi, parce qu’au début je n’avais pas du tout confiance en moi en tant que maman. Elle a été très engagée, je la considère comme une belle-maman, comme je n’ai pas la chance d’en avoir. Elle a donné beaucoup plus que ce que j’aurais cru.

Le Petit vélo jaune ASBL

Rue Théophile Vander Elst, 123 - 1170 Watermael-Boitsfort

Tél : 02/358.16.80 - 0471/70.22.57

info@petitvelojaune.be

BE10 0000 0000 0404 (avec la mention “017/0910/00074”) 

  • Facebook Social Icon